Die Medien über das Lachen

Medienberichte, Aufsätze und Interviews seit dem Jahr 2000

Dr. Rolando Schutzbach, Philosoph, Musiker und Autor, wirkt als Inspirator und Teamcoach in der Schweiz, in Spanien und weltweit. Seine Projekte, Präsentationen und Filme geben neue visionäre Impulse und öffnen die Tür zur heiteren Lebensweise. Roland hat sich sein Leben lang mit den Themen Neues Bewusstsein, neue Gesellschaft und Teambildung beschäftigt. Sein zentrales Thema seit dem Jahr 2000 ist die Philosophie des Lachens und ihre Umsetzung in der Gesellschaft. Vortragstätigkeit in Deutschland, Österreich, Spanien, Chile, USA, Australien und der Schweiz; Publikation des Buches „Lachend das Leben feiern“ im Jahr 2003.

Roland wird tat- und lachkräftig unterstützt von seiner Frau Christina Fleur de Lys.

Die beiden sind weit und lange gereist und haben sich weltweit mit der Lach-Bewegung vernetzt.

Roland ist Koordinator der internationalen Bewegung „The Coalition of Joy“.

Infos dazu auf der Webseite www.rolandojoy.net

Bio Rolando Schutzbach

Rolando vor dem Bundeshaus 2002

Bieler Tagblatt, 2.5. 2016

Bieler Tagblatt 3.5. 2003

Roland Schutzbach: Lacht aus purer Freude am Dasein

Sein Ziel ist die Revolution

Philosophen sind doch diese verkorksten Gestalten, die in dunklen Kammern hausen, Theorien über das Elend des Daseins ausbrüten und unendlich viel mehr wissen als wir Normalsterblichen. Oder verhält es sich völlig anders? Roland Schutzbach ist Philosoph. Um den Hals trägt er eine zerknitterte Regenbogenkrawatte, sein Haupt ist bedeckt mit struppigem Haar und in seinem Haus findet sich ganz bestimmt keine einzige düstere Ecke zum Brüten. «Die Menschen sehen das Schöne am Dasein nicht mehr», bemerkt er unvermittelt und grinst bei dieser ernsten Aussage auf eigentümlich ansteckende Art und Weise.

*

Ist Roland Schutzbach ein lustiger Philosoph? Ein Clown unter den Wissenschaftlern? «Nein, ich kann keine Witze erzählen und bin, so gesehen, gar nicht lustig. Aber im Gegensatz zu denen, die alles dramatisieren, bin ich halt rundum heiter», argumentiert er. Früher habe er sich häufiger den Kopf über Gott und die Welt zerbrochen und viel Unmut mit sich herumgeschleppt.

Irgendwann aber sei ihm bewusst geworden, dass sich der Mensch in jeder beliebigen Situation glücklich fühlen könne, wenn er das wolle. So ist für Roland Schutzbach aus der Philosophie die «Narrosophie» (Vertiefung der Philosophie durch Lachen und Heiterkeit) geworden. Dank dieses revolutionären Ansatzes schwebe er heute dauernd in «positiven Stimmungen» und lebe ganz einfach glücklich und heiter.

*

Doch kann das Leben immer nur lustig und friedlich angegangen werden? Bei dieser Aussage läuten jedem gut sozialisierten Bürger die Alarmglocken. Wo würde denn das hinführen? – «Zum Beispiel in den Weltfrieden», meint Schutzbach schlagfertig, und ansatzweise kann er diese utopische «Narrosophen-Logik» sogar beweisen: «Stellt man (zu Übungszwecken) einen lachenden Menschen einem wütend schnaubenden gegenüber und lässt die beiden kommunizieren, so lachen nach wenigen Minuten beide.»

Dieses Experiment erkläre aber nicht nur die Kraft des Lachens, sondern führe auch zu der Einsicht, dass das Leben in seinem Kern nicht ernsthaft sein könne. «Jenseits der Rationalität steht die existentielle Erfahrung, die den Menschen ausmacht», ist Schutzbach überzeugt und kritisiert damit die rein wissenschaftliche Wahrheitssuche und deren allgemein gültigen Charakter.

*

Wer aber denkt, die Kraft des Lachens könne die Welt nicht verändern, wird vielleicht bald überrascht werden. «Der Grundstein zur Revolution ist gelegt», verrät Schutzbach euphorisch. Es bestehe eine weltweit vernetzte Organisation, die an der «Revolution der Heiterkeit» arbeite. Das Ziel sei ein schallendes Gelächter, das, via Fernsehen und Radio, auf allen öffentlichen Plätzen der Welt ausgestrahlt, zu einem riesigen Freudenfest führen soll. «Die Menschen sollen anfangen, ihre Existenz zu feiern», erläutert Schutzbach das Projekt und ist sich sicher: «Nach dieser Revolution werden auch die hartgesottensten Nicht-Lacher und versteinertsten Gesichter angesteckt sein und ihre kindliche Ausgelassenheit zurückgewonnen haben».

Bis zum Ausbruch des heitern Zeitalters brauche es aber noch zahlreiche Lachseminare, -tage, -schiffe, -sitzungen, -ausflüge und, allem voran, die Bereitschaft der Menschen, sich auch in einer heiteren Welt wohl zu fühlen.

 Rahel Sahli

dpa-Meldung vom Freitag, 2.5. 2003

(dpa-Gespräch)
Lach-Experte Schutzbach: «Lachen ist ein echter Befreiungsprozess»

Genf (dpa) – Zum Weltlachtag an diesem Sonntag (4. Mai) hat sich
der Schweizer Lach-Experte Dr. Roland Schutzbach etwas Besonderes
einfallen lassen: Mit einem regulären Linienschiff und zahlreichen
fröhlichen Passagieren will er auf dem Bieler See in der Westschweiz
eine Stunde lang bis nach Erlach fahren – und das Boot durch
herzhaftes Gelächter ordentlich ins Schlingern bringen. «Lachen ist
immer ein Befreiungsprozess, der die Menschen in eine andere geistige
Dimension rt. Auch in traurigen Zeiten entdeckt man dann die
Schönheit des Lebens neu, die eigene Fantasie und Freude», sagte der
Philosoph im dpa-Gespräch.

Sein Interesse für die heilsame Wirkung des Lachens habe vor
Jahren der indische Lachmeister Kataria geweckt, der jeden Morgen mit
einer Gruppe von bis zu 80 Menschen in öffentlichen Parks in ein
gemeinschaftliches schallendes Gelächter ausbrach. «Lachyoga nennt
sich das, und das hat mich einfach wahnsinnig interessiert», erklärte
Schutzbach. Daraufhin habe er dann in der Schweiz seine «Lach- und
Spaßpraxis» gegründet. «Zu mir kommen Menschen mit Sorgen, mit
chronischen Krankheiten oder einem tiefen Einsamkeitsgefühl. Ich
bringe ihnen das Lachen bei, wir lachen zusammen – und dann geht es
den Menschen oft schon besser.»

Seit jeher ist Schutzbach ein Anhänger der lachenden Philosophie,
«die nicht alles so ernst nimmt und die Dinge von ihrer lustigen
Seite betrachtet.» Er selbst bezeichnet sich als «Narrosoph», einen
närrischen Philosophen, der in Kursen durch lustige Übungen die
Heiterkeitskräfte bei seinen Gästen hervorruft.

Schutzbach selbst lacht unterdessen bereits morgens im Bett mit
seiner Frau und dann nochmals beim Frühstück: «Dann habe ich
stundenlang ein Wohlgefühl», erläuterte er. Insgesamt seien bisher
über 100 verschiedene Lach-Arten ausfindig gemacht worden – vom
chinesischen über das japanische bis zum anerkennenden Lachen. Welche
Auswirkungen die verschiedenen Variationen auf den Organismus hätten,
sei derzeit noch Teil seiner Forschungen.

Als nächstes Projekt plant Schutzbach eine Lach-Kreuzfahrt. «Da
möchte ich mit einem richtigen Ozeandampfer und 2500 Passagieren über
die Meere fahren und jeden Tag kleine Seminare geben. Wäre es nicht
herrlich, wenn dann am Ende alle lachen und das ganze Schiff in
Schwingung bringen?»

Construire No 51, 17-12-2002

Riez, c’est bon pour la santé!

Pas vraiment de quoi rigoler? Peu importe, allez-y de bon cœur! Votre état de santé n’en sera que meilleur

Se bidonner, se tordre les côtes, pouffer, glousser, s’esclaffer, se désopiler, se fendre la pêche, se marrer, se poiler… La langue française est riche en expressions pour désigner le rire. Et pourtant, nous ne faisons fonctionner nos zygomatiques qu’une quinzaine de fois par jour, soit six minutes en moyenne contre vingt minutes environ il y a cinquante ans. Dommage, car le rire est bon pour la santé. C’est du moins la thèse avancée par les adeptes de la gélothérapie, la thérapie par le rire.

«Rire intensément pendant dix minutes rend heureux grâce à la libération d’endorphines, des hormones qui agissent contre la douleur, explique le docteur en philosophie Roland Schutzbach. Mais le rire agit aussi sur le psychisme: on est plus détendu et plus à même de prendre des décisions après s’être déridé.»

Rire sans raison

Ce pédagogue et thérapeute quinquagénaire, qui se dit «philosophe du rire», a fondé un club du rire il y a deux ans à Berne, le troisième du genre en Suisse après ceux de Bâle et de Zurich. Dans ces regroupements très particuliers, on s’entraîne à rire comme d’autres font du sport. La discipline n’exige pas de connaissances particulières, car contrairement à l’humour, qui est une disposition intellectuelle inégalement répartie entre les individus, le rire est une aptitude physique innée chez l’être humain.

Desproges disait que l’on peut rire de tout mais pas avec n’importe qui. Dans ces clubs d’hilares, en revanche, on rit «sans raison» et avec tout le monde. La méthode, intitulée le «rire sans raison», a été développée en 1995 par le docteur indien Madan Kataria à partir d’exercices de respiration du yoga.

Convaincu que le rire peut apporter un bien-être général, il s’est rendu compte que le répertoire des blagues destinées à amuser ses adeptes s’épuisait rapidement. D’où l’élaboration d’un véritable catalogue d’expressions et de sons cocasses, qui stimulent et simulent le rire.

«Les séances commencent par des exercices préparatoires. Puis on provoque le rire, par exemple en parlant dans une langue qui n’existe pas et en se saluant tout en marchant dans la salle. L’expression doit être spontanée, précise Roland Schutzbach. Après un moment, tout le monde se met à se tordre de rire, sans raison.»

On recense plus d’un millier de clubs du rire dans le monde. Mais il semblerait que le virus ne se soit pas encore propagé de ce côté-ci de la Sarine. Selon Roland Schutzbach pourtant, «quelques minutes d’un rire joyeux induisent autant de détente que celle obtenue par une demi-heure de relaxation conventionnelle». D’ailleurs, ce disciple du Dr Kataria avoue s’esclaffer en faisant la vaisselle: plus on rit, plus il vient facilement.

Comme un 100 mètres

Les adeptes de la gélothérapie disent se sentir en meilleure santé. Euphorisant naturel, le rire régularise la respiration en permettant une meilleure combustion de l’oxygène et une plus grande expulsion des déchets. Lorsqu’on rit, les échanges respiratoires sont multipliés par trois, le cœur se met à battre aussi vite que lors d’un 100 mètres et la pression sanguine augmente.

De plus, il semblerait que le rire agit contre la constipation; qu’il prévient les maladies cardiaques, les sinusites et l’insomnie. Il diminuerait également le stress, la fatigue, la douleur, l’aérophagie, l’arthrite et l’asthme. Enfin, la franche rigolade freinerait le vieillissement. La panacée, en somme.

Les effets psychiques du rire ne seraient, eux non plus, pas négligeables. D’abord parce qu’il désinhibe. Ensuite, parce que le «rire sans raison» augmente notre capacité à être heureux. «J’étais une personne beaucoup plus sérieuse que maintenant», confie Roland Schutzbach dans une véritable explosion de rire. Détendu, il aborde les relations et les difficultés de manière positive.

Guérir par le rire

L’idée selon laquelle le rire a un effet bénéfique sur la santé n’est pas nouvelle. En 1978, Norman Cousins publiait La volonté de guérir, un livre qui est rapidement devenu un best-seller et dans lequel il imputait sa guérison d’une affection inflammatoire chronique de la colonne vertébrale, la spondylarthrite ankylosante, au rire.

A peine capable de bouger ses doigts, il s’était rendu compte qu’il dormait mieux et qu’il souffrait moins après avoir visionné une comédie des Marx Brothers. Et alors que les médecins lui donnaient une chance de guérison complète sur cinq cents, il s’est rétabli à coup de comédies.

Plusieurs expériences ont été réalisées suite à l’étonnant récit de Norman Cousins. En analysant des échantillons de sang prélevés sur des sujets bien portants pendant qu’ils regardaient un film comique, le Dr Lee Berk, professeur à l’Université de Loma Linda en Californie, a découvert qu’un rire joyeux réduit effectivement le niveau des hormones du stress. Il s’est également intéressé à l’impact du rire sur le système immunitaire.

A nouveau, le rire joyeux a un effet positif: l’activité des lymphocytes T, qui jouent un rôle important dans le processus de l’immunité, ainsi que celle de l’immunoglobuline (un anticorps) augmente et se poursuit jusqu’à douze heures après l’accès d’hilarité.

Rire à titre préventif

A présent, des cancérologues de l’Université de Californie à Los Angeles cherchent à mesurer l’impact de l’humour et du rire sur le système immunitaire des enfants. Les premiers résultats de cette étude sont sortis en début d’année: les enfants en bonne santé supportent plus longtemps et avec moins d’angoisse des examens médicaux pénibles s’ils regardent des comédies. La prochaine étape portera sur des enfants malades.

A quand du rire sur ordonnance à la place d’antibiotiques ou d’antidépresseurs? De la recherche à l’application effective, il y a encore du chemin à faire. En attendant, on peut toujours rire à titre préventif.

Abigail Zoppetti

PRATIQUE

A faire

Le meilleur moyen pour attaquer la journée de bonne humeur? Une bonne rigolade tous les matins. Avec quelques exercices librement inspirés du yoga du rire du Dr Madan Kataria:

 Se sourire dans le miroir de la salle de bain dès le réveil.

 S’étirer vers le haut en inspirant, bras tendus au-dessus de la tête, et expirer en redescendant les bras. Répéter plusieurs fois.

 S’échauffer en chantant «ho-ho ha-ha» et en frappant dans ses mains. Accélérer et ralentir le rythme.

 Imiter le lion, bouche ouverte, la langue tirée en avant, les yeux écarquillés et les mains «griffes dehors»: rugir puis laisser venir le rire.

 Rire la bouche délicatement fermée afin de faire raisonner le son dans la boîte crânienne.

 A la fin de la séance, rire progressivement en commençant par un sourire et en finissant par des éclats de rire. Applaudir.

Interview avec Dr. Roland Schutzbach

Jaquinet Fossati, dimanche.ch

Une courte biographie sur vous: êtes-vous médecin généraliste, psychiatres,…?

Je suis philosophe, pédagogue et thérapeute. J’ai fais mon doctorat en philosophie. J’étais professeur an école Steiner pour 15 ans, et j’ai travaillé avec ex-drogués pendant 7 ans dans une communauté thérapeutique. Avec 53 ans, j’ai fondé le «Cabinet de Rire » ici, à Anet, près de Bienne. Dans ce cabinet je recevois de clients individuels, mais je fais aussi des trainings pour hôpitaux, organisations, teams et entreprises. J’ai développé une philosophie du rire, et je me nomme « philosophe du rire ».

Quels sont vos liens avec le rire?

J’ai appris il y a quelques ans qu’il y a la méthode du « rire sans raison », pratiqué par le médecin indien Dr. Madan Kataria. Kataria a fondé des « clubs de rire » aux Indes et dans beaucoup de pays – maintenant il existent plus de 1000 clubs de rire dans le monde. Alors j’ai commencé d’expérimenter avec le rire dans nombreux groupes – c’était fascinant ! Je pouvais vérifier qu le rire a un effet thérapeutique qui a été décrit dans nombreuses études scientifiques.

Mais le rire a aussi un contexte philosophique :

Nous avons toujours cru que pour mener une vie convenable et couronnée de succès, il fallait la prendre au sérieux, il fallait nous prendre au sérieux. La plupart des religions universelles sont empreintes d’une grande gravité – le sacré doit être pris au sérieux. La philosophie elle aussi se prend au sérieux, tout comme la science.

La philosophie de la gaieté nous invite à ne plus nous prendre tellement au sérieux.

La philosophie du bonheur ne date pas d’aujourd’hui.. Les philosophes de l’antiquité – et ils n’ont pas été les seuls – considéraient qu’atteindre le bonheur était le but ultime de l’existence. Selon eux, la philosophie était un art de vivre. La philosophie moderne s’est hélas éloignée de cette conception…

Comment fonctionne l’installation d’Expo.02? quel a été votre rôle dans son élaboration?

La « source de rire » – dans l’exposition nationale de la Suisse est un labyrinthe de fleurs et d’arbustes. Dans quelques endroits de la colline du labyrinthe à Yverdon, il y aura du rire sortant de la terre.

Dans le centre du labyrinthe, il y a en miroir sur la terre. Sous ce miroir, on entend du rire ! Alors, on se voit, on entend le rire, on rit, et l’on peut découvrir : Je peux devenir la source de rire, moi-même !

Le labyrinthe de rire était établi par la fondation suisse pour la promotion de santé in coopération avec moi. Le jour d’ouverture est le 20 Mai, 11 heures, à Yverdon. Dr. Kataria, maître de rire des Indes, et Thomas Draeger, directeur du chœur de rire en Berlin, et Dr. Patch Adams, fameux médécin et clown, seront présents  pour un « Concert de Rire ».

J’avais deux devoirs : J’ai fais un résumé sur les aspects scientifiques du rire. J’ai décrit les aspects psychologiques et physiologiques, les études américains et les résultats de Dr. Kataria.

Mon deuxième devoir était une audio collection de rire : Je suis voyagé en Suisse pour trouver les rires le plus contagieux, hahaha ! A la fin, j’ai produit un CD avec 45 minutes de rires différents. On entend ces rires à Yverdon. C’était un devoir très amusant !

Quels sont les mécanismes du rire? qu’est-ce qui provoque le rire?

Comme j’ai dit, on peut rire sans raison, dans un groupe, or avec l’inspiration d’un CD de rire. C’est infectieux, et la plupart des gens aiment rire. Naturellement, on peut aussi utiliser des plaisanteries. Mais dans le rire que nous pratiquons, on commence normalement sans raison. On le fait parce que ça fait de la joie. Quand on a commencé, c’est contagieux…

Quels sont les effets du rire sur l’organisme?

Le rire représente une méthode de relaxation très efficace. Selon des recherches scientifiques, quelques minutes d’un rire détendu induit autant de relaxation que celle que l’on peut obtenir par une demie heure de méthodes conventionnelles. Le rire réduit le stress et provoque la mise en circulation des endorphines qui provoquent le bien-être.

Aussi, le rire et bon pour le système d’immunité ( ?).

Des gens qui sont heureux ne tombent malades souvent.

En générale, le rire a un effet libérateur. Aussi, le rire relie. Des gens qui ne se connaissaient pas avant se fréquentent déjà libres de tout souci.

Quel études avez-vous menées?

Comme j’ai dit déjà, j’ai fait une étude pour la « Promotion de Santé ». Mais naturellement, j’ai étudié les effets du rire pendant quelques ans, non seulement de l’aspect de la santé physique, mais aussi des aspects psychologiques, sociologiques et philosophiques. Notre forme de thérapie offre une méthode tout à fait différente, comme c’est bien exprimé dans la citation de Patch Adams :

« Si tu vas chez le psychiatre et que tu lui dis que tu es heureux, il te répondra que tu réprimes ta douleur. Si tu viens vers moi et que tu me dis que tu vis dans la douleur, je te dirais: ”Tu réprimes ton bonheur!” »

Quelques phrases additionels :

J’ai fait l’expérience du rire et de la belle gaieté  avec un enthousiasme grandissant: Avec la création de la ”Société européenne du rire”, j’ai pu placer de nouveaux accents et mes autres actions du rire connaissent un succès grandissant. Le public manifeste bienveillance et intérêt pour la philosophie sous-jacente et les succès rencontrés par les thérapies du rire, ainsi que par les formations dans le cadre d’institutions sociales, d’équipes de travail et d’entreprises prouve que ces réflexions ont de la substance. Le virus de la gaieté et du rire est contagieux!

Nous pouvons expérimenter cette nouvelle gaieté innocente. La méthode du ”rire libre” indique une voie à suivre pour y arriver et pour accéder ainsi à une vie heureuse.

Ces réflexions ne sont vraiment compréhensibles que lorsque l’on pratique soi-même le rire et que l’on fait l’expérience de la gaieté décrite. C’est la raison pour laquelle je conseille vivement d’expérimenter le ”rire libre”, seul ou avec des amis, et de faire soi-même l’expérience des effets qui en résultent. C’est ainsi que je l’ai fait et cela a fonctionné à merveille.


Die gesundheitsfördernde Wirkung des Lachens

Ein wissenschaftlicher Text von Dr. Rolando Schutzbach:

Die gesundheitsfördernde Wirkung